MOT DU PRÉSIDENT

Tout a commencé par un rêve commun qui a réuni des amis statisticiens, selon lequel, notre pays, par le biais de l’investissement tant matériel qu’immatériel et la contribution de chacun de nous, pourra aspirer à l’heureux sort des grandes nations, celui de construire un avenir prospère professionnellement et socialement. À cet effet, une question naturelle s’est posée, celle de savoir comment, à partir de nos qualités, nos connaissances et nos aptitudes professionnelles, nous pouvons contribuer au développement de notre cher pays.

Comme il est d’usage dans les grands pays développés, l’élaboration efficiente de politiques de développement, de promotion des projets de développement dans tous les secteurs d’activités, tant les décideurs gouvernementaux que les conseillers se basent sur des études quantitatives dont la statistique constitue l’épine dorsale.

L’efficience de ce développement est mue par l’impératif de collecter des données de qualité, de procéder à leur traitement adéquat pour assurer la plausibilité des résultats des analyses. C’est le statisticien qui est le spécialiste habilité à collecter, à analyser et à proposer les scénarii et solutions adéquats permettant d’optimiser les décisions qui s’imposent.

Malheureusement, force est de constater que la majorité des gens ne perçoivent pas la nuance entre la statistique et les calculs statistiques, il n’est nullement question d’un apprentissage mécanique pour décrire le profil et le rôle du statisticien. la statistique est plus qu’un domaine, elle exige la maitrise d’une multitude de techniques allant de la statistique descriptive à la modélisation complexe en passant par l’analyse d’une multitude de données (actuellement, tout le monde parle des BIG DATA) avant d’acquérir la compétence du statisticien. C’est celui-là même qui fait parler les chiffres. Dans notre pays, la promotion de l’Economie, l’Agriculture, de l’éducation, de la santé, de l’Environnement et des sciences sociales (et la liste est longue), exige, aujourd’hui plus qu’hier et demain plus qu’aujourd’hui, le recours à la statistique et aux statisticiens. Il est temps de se constituer, de se valoriser, de s’affirmer, enfin de travailler en communauté et en communion avec toutes les franges de notre société.


Jamal  G’SIM 

Président de l’Association des Statisticiens Libres -

ASL